Le pourpier

Un petit trésor de salade

Ce qui rassemble les Humus Pays d’Oc, c’est leur volonté de participer à la transition et d’intégrer un réseau local de motivés qui œuvrent en faveur de la transition vers des territoires plus durables, autonomes et résilients.

Cette plante méconnue mérite un petit détour, en parcourant les publications scientifiques, on découvre un petit trésor de salade que je vous propose de découvrir ici.

Caractéristiques

Le pourpier (Portulaca oleracea) est une plante annuelle appartenant à la famille des Portulacacées. Son biotope primaire sont les sables et les limons des vallées alluviales. Plante de chaleur, elle se rencontre en général dans le sud de la France, mais également plus au nord dans les microclimats chauds. Son biotope secondaire est assez étendu : champs cultivés, vignes, vergers, terrains maraîchers, jardins familiaux, terrains vagues, bords des chemins et routes. Le pourpier étend ses tiges au ras du sol. La présence du pourpier dans nos jardins est riche d’enseignements : Elle indique un sol à faible pouvoir de rétention, de l’érosion, un lessivage de sols à nus, du tassement et compactage du terrain. Ses tiges sont cylindriques, elles font jusqu’à 30 cm de long et 2 à 3 mm de diamètre. Elles peuvent être de couleur verte ou rouge, enflées au niveau des nœuds, lisses, glabres en dehors de l’aisselle des feuilles. Les nœuds sont distancés de 1,5 à 3,5 cm (Uddin, 2014). Les feuilles de pourpier sont alternes ou subopposées, plates, charnues. Elles mesurent 1 à 5 cm de long pour 0,5 à 2 cm de diamètre. Elles sont obtuses ou légèrement crantées au sommet, se rétrécissant à la base, sessiles ou pétiolées indistinctement. Elles sont, tout comme la tige, glabres et lisses, et cireuses sur la surface supérieure, avec un petit amas de poils allant jusqu’à 1 mm de hauteur. 

Histoire

Importé d’Orient par les Romains, ces derniers le conservaient dans du vinaigre. Au Moyen-Âge, les Arabes l’appelaient « légume-béni ». Jean-Baptiste de La Quintinie, jardinier de Louis XIV, avait empiriquement pressenti les excellentes propriétés nutritionnelles du pourpier et le considérait comme une “salade de santé”. Au XVIIIe siècle, le pourpier était préparé en beignet pour les mariages et autres fêtes. On le servait aussi en accompagnement des viandes. C’est ainsi l’une des plus anciennes plantes potagères qui est considéré aujourd’hui comme une mauvaise herbe. 

Valeur nutritive du pourpier et propriétés médicinales

Le pourpier est une salade sauvage très peu calorique et une bonne ressource en oligoéléments et en minéraux. Calcium, magnésium, potassium sont présents en abondance. Doté de propriétés antioxydantes, le pourpier fait partie du “régime crétois” et contribue à la prévention des maladies cardiovasculaires. Il est également diurétique et permets de détoxifier l’organisme. Des études récentes ont confirmé les excellentes propriétés médicinales du pourpier dues aux activités précieuses de ses oméga-3. Il est, en effet, considéré comme étant le végétal le plus riche en acides gras polyinsaturés. Il a de ce fait des vertus anti-inflammatoires et antiagrégantes plaquettaires remarquables. Des essais concluants menés sur des rats, indiquent que Portulaca oleracea réduirait les taux de triglycerides, de mauvais cholesterol, et réduirait ainsi les plaques d’athéromes. Sa forte teneur en acide ascorbique, en vitamine E, en bêtacarotène et en glutathion lui confère, entre autre, un pouvoir anti-oxydant et immunostimulant. Appliqué directement sur la peau, son suc est hydratant, adoucissant, cicatrisant, anti-inflammatoire, assainissant, antibactérien. Il calme les irritations cutanées et favorise la cicatrisation des petites blessures. Mâcher quelques feuilles calmerait l’inflammation des gencives et même les maux de gorge. En tisane, les jeunes feuilles séchées sont diurétiques, dépuratives et calment les irritations digestives (une demi-cuillère à soupe par tasse). En cas d’acné, on peut les associer au pissenlit (racine) ou à la pensée sauvage (fleurs) pour une cure dépurative. 

Bien choisir le pourpier 

Sa couleur doit être d’un beau vert vif.

Au soleil, la feuille de pourpier est brillante

La feuille du pourpier, gorgée d’eau, doit être très charnue.

 

Essayez lors de vos promenades de rapporter quelques tiges de Pourpier et régalez vous, ce ne sont que de bonnes choses 

Dalila pour les Humus Pays d’OC

Nos derniers articles :

Cabane en torchis Thaï Retour d’expérience sur la technique du “torchis Thaï” Ce qui rassemble les Humus Pays d’Oc, c’est leur volonté de participer à la transition et d’intégrer un
DES ASPERSEURS FAITS MAISON Une astuce bien pratique qui illustre le principe 2 de la permaculture « ne pas produire de déchets » Ce qui rassemble les Humus Pays d’Oc,
PERMACULTURE ET EFFICIENCE Qu’est-ce que l’efficience ? Pour comprendre la force de la Permaculture, il convient de distinguer efficience et efficacité. Prenons l’exemple suivant: agriculture industrielle Vs. agriculture de type
LE SÉCHOIR SOLAIRE Une manière écologique de conserver les surplus du jardin Ce qui rassemble les Humus Pays d’Oc, c’est leur volonté de participer à la transition et d’intégrer un
J’ai fait un rocket stove UN POÊLE FACILE À FABRIQUER QUI SATISFAIT PLUSIEURS BESOINS Ce qui rassemble les Humus Pays d’Oc, c’est leur volonté de participer à la transition et
Le lombricompostage ou vermiscompostage Ce qui rassemble les Humus Pays d’Oc, c’est leur volonté de participer à la transition et d’intégrer un réseau local de motivés qui œuvrent en faveur
La greffe en fente compliqué technique de greffe particulière un peu complexe Ce qui rassemble les Humus Pays d’Oc, c’est leur volonté de participer à la transition et d’intégrer un
Design de la ferme du point clé     Dans ce document, je parlerai du terrain que j’ai acquis en juillet 2015. Je l’avais déjà visité et je réfléchissais déjà

EN SAVOIR PLUS

Rejoignez nous sur facebook :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *