Peut-on nourrir la planète avec la permaculture ?

On peut simplement répondre à cette question en observant que la majorité des pratiques agraires du monde qui sont restées en dehors du système agroindustriel nourrissent les gens et les ont nourris pendant des milliers d’années. Ces pratiques peuvent être qualifiées de permaculturelles à différents degrés dans le sens où elles ont toujours cherché à s’adapter au contexte local, tout en réduisant la quantité de travail, et le tout sans utiliser d’énergies fossiles. Les sociétés ont de tout temps, avant la révolution industrielle, dû vivre avec la nature et s’adapter à ses aléas. La permaculture remet au goût du jour les techniques traditionnelles, car elles sont issues d’un savoir-faire ancestral qui s’est transmis pendant des générations et des générations : ce sont des pratiques que malheureusement on oublie de nos jours et qui pourtant sont le produit d’un certain bon sens de nos ancêtres qui connaissaient parfaitement leur environnement et la nature, et qui ont expérimenté et éprouvé ces pratiques.

Mais la permaculture ne saurait s’arrêter à faire revivre les pratiques traditionnelles. C’est surtout une démarche militante, une proposition d’une alternative au modèle dominant jugé condamné, et qui répond à notre contexte actuel qui est celui de l’insécurité énergétique, de la destruction de la biosphère et de l’instabilité économique. Dans ce contexte de crise globale, la permaculture ouvre des pistes pour réfléchir et construire le monde de demain. Par exemple, à l’heure où les sols et l’environnement sont dégradés, la permaculture cherche au contraire à adopter des pratiques qui vont améliorer la qualité des sols et des écosystèmes : nos ancêtres n’étaient pas dans ce contexte-là ! Aussi, n’oublions pas que la science a permis de faire de grands pas notamment concernant les techniques de production alimentaire respectueuses de l’environnement. La permaculture s’inspire autant des techniques agricoles ancestrales que novatrices. Peu importe d’où viennent, de quand datent et que sont ces techniques, du moment qu’elles respectent les éthiques et les principes que propose la permaculture. Les critères de choix seront donc par exemple de ne pas utiliser d’énergies fossiles dans notre manière de produire, favoriser la biodiversité, valoriser les ressources locales, etc. Ces éthiques et principes, au cœur de la permaculture, servent de cadre pour poser les jalons d’une société post-moderne en prévision d’une pénurie en énergies fossiles.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *