L’arbousier, l’arbre aux mille facettes

L’arbousier, appelé également  »arbre aux fraises » pourrait être qualifié d’arbre aux mille facettes car il offre un large panel d’utilisation et de bénéfices.

Il pousse naturellement autour du bassin méditerranéen, sous les climats doux. Étant rustique jusqu’à -17°C environ, il n’est pas rare d’en voir dans le nord de la France. Quand il est dans de bonnes conditions, c’est-à-dire dans une terre riche, drainante et un peu acide, une exposition ensoleillée, il peut vivre environ 4 siècles.

Son nom latin est Arbutus unedo. ‘unedo’, qui vient de l’expression latine unum edo, signifie Je mange un. On lui aurait donné ce nom par rapport au fait que les fruits n’aient pas une saveur extraordinaire, et que consommer une arbouse nous suffise. C’est certainement ce qui donne un caractère discret à l’arbousier, et que peu de personnes ne le connaissent. Pourtant, sur certains arbres, les fruits peuvent être excellents, et même juteux ! En listant les vertues que les arbouses nous apportent, ce fruit est d’autant meilleur.

Cet arbre à croissance lente peut atteindre une hauteur de 15 mètres s’il se plait bien. Adulte, son port est majestueux. Plusieurs troncs partent de la base, étalant ainsi son feuillage persistant sur parfois une vingtaine de mètres de diamètre.

Ses  feuilles sont vertes foncé, ovales, mesurent 8-10 cm de long. Elles sont très denses, et riches en tanin. On peut faire de la tisane grâce aux feuilles cueillies l’été et séchées. Elle était autrefois utilisée au Maroc pour soigner le rhume et baisser la tension artérielle. Elles auraient également des propriétés antioxydantes. Les feuilles contiennent des lipides, de la vitamine E, et bien d’autres composés. Les feuilles, l’écorce et les racines sont réputées être astringentes et diurétiques, sont un antiseptique rénal (traitent la cystite et l’urétrite)

Le fruit qui murit en automne, est rouge-orangé, petit, rond et sa surface est rugueuse. Il peut être acidulé, pateux, juteux, sucré … bref, il nous offre un éventail de saveurs et plein de surprises. Si certains les adorent en fruit frais, d’autres préfèrent utiliser les arbouses en marmelade, confiture, smoothie, gelée, mélanger son sa pâte avec des fruits plus juteux pour profiter quand même des multiples vertues du fruit. En effet, il contient de la pectine, utile en infusion pour traiter la diarrhée ; contient aussi des polyphénols en quantité importante réduisant le risque de cancers, de maladies coronariennes et certaines maladies dégénératives. Les arbouses sont également composées de fibres, vitamine E en quantité très importante, caroténoïdes, glucides, potassium, vitamine C. ATTENTION, il est déconseillé de consommer trop d’arbouses fraiches car des troubles digestifs peuvent survenir.

En permaculture, l’arbousier est un arbre très intéressant. Grâce à son feuillage très dense et persistant, il peut être utilisé comme haie brise-vent et brise-vue. En général, ses premières branches sont assez hautes pour permettre de cultiver sous l’arbre des plantes aimant l’humidité et la fraicheur, qui ne seront pas gênées par son système racinaire profond.
La fructification généreuse peut servir de complément alimentaire en quantité modérée aux animaux (volailles, moutons, chèvres, cochons). Le feuillage peut servir aussi de fourrage.
L’arbousier nécessite très peu de soins, il ne se taille pas sauf pour le maintenir dans une forme voulue. Veiller à l’arrosage tout de même en cas de sécheresse.
Le bois de l’arbre étant quasiment imputrescible, on peut le sculpter ou l’utiliser en treillis, en barrière pour délimiter des espaces, faire des potagers surélevés …
L’arbre peut également avoir un but ornemental, de plus en plus choisi dans les jardins des particuliers.
Comme vous pouvez le voir, l’arbousier offre des tas d’utilisation et les fruits et feuilles peuvent servir pour moult chose. Je ne vous recommande qu’une chose : plantez-en ou cueillez les arbouses pour allier cuisine originale avec fruit peu commun !

Stélio pour les Humus Pays d’Oc, réseau de permaculture de l’arrière pays de Montpellier

Une pensée sur “L’arbousier, l’arbre aux mille facettes

  • 23 janvier 2018 à 9 h 10 min
    Permalink

    Merci pour cet article intéressant Emilie. Si j’ai bien compris l’Arbousier se plairait bien chez nous en Wallonie ! D’autant plus qu’il ne gèle plus beaucoup ces derniers temps. Je vais y songer, c’est un arbre si beau … utile sûrement pour les oiseaux et butineurs de nos régions. J’en parlerai lors de ma prochaine conférence horticole dédiée à la permaculture.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *