J'ai fait un rocket stove

UN POÊLE FACILE À FABRIQUER QUI SATISFAIT PLUSIEURS BESOINS

Rocket Stove

Ce qui rassemble les Humus Pays d’Oc, c’est leur volonté de participer à la transition et d’intégrer un réseau local de motivés qui œuvrent en faveur de la transition vers des territoires plus durables, autonomes et résilients.

Le rocket stove tire son nom du bruit de fusée « rocket » que l’on entend lorsque le poêle est en route, signe d’une bonne combustion, comme le prouve l’absence de fumées en sortie de conduit.

Le but de ce poêle est de satisfaire plusieurs besoins

Comme on dit en permaculture « un élément, plusieurs fonctions ! » :

  • Chauffer la serre de bain lorsqu’on se douche : notre salle de bain est dans une serre attenante à la maison, en hiver le conduit de notre poêle de masse passe dans cette serre, la réchauffe mais pas suffisamment pour qu’une douche soit agréable les jours de mauvais temps. Ce poêle doit donc chauffer rapidement et ponctuellement.
  • Pouvoir chauffer le conduit du poêle de masse ; en effet à l’inter-saison nous ne chauffons pas toujours la maison, le poêle de masse qui est à l’intérieur de la maison refroidit et il fume beaucoup lorsque nous le rallumons, ce nouveau rocket permettre de chauffer le conduit avant qu’on rallume le poêle de masse ce qui améliorera le tirage.
  • Chauffer la serre en cas de grand froid ; ainsi nous protégerons les plantes de la serre telles que le kombawa, les fruits de la passion, le bananier, et autres plantes exotique qui craignent les températures basses.
  • Chauffer un volume d’eau pour prendre une douche ; à l’inter-saison, lorsque le poêle de la maison ne tourne pas nous n’avons pas d’eau chaude. Lorsqu’il fait beau nous utilisons le soleil pour réchauffer l’eau à l’aide d’un simple capteur solaire, mais lorsque le soleil est caché par les nuages, l’eau n’est pas assez chauffée pour prendre une douche confortable
  • Valoriser les petites branches et chutes de la scierie à coté de chez moi
  • Cuisiner (ce n’est pas une priorité mais pourquoi ne pas utiliser cette énergie disponible?)

La réalisation

Je suis parti sur le modèle de poêle dragon à copeaux ou granulé de Chaillot Barnabé, que j’ai eu l’occasion de rencontrer lors des rencontres nationales de la permaculture 2019. Les plans de son poêle sont très bien faits et ses vidéos lèvent toute zone d’ombre, je vous encourage vraiment à y faire un tour si ce n’est pas déjà fait.

Mais je voulais utiliser les petites branches de frênes, très abondantes sur notre terrain et de part l’activité de le ferme, et aussi les chutes de la scierie à laquelle je passe régulièrement pour récupérer de la sciure pour mes toilettes sèches.

Ce modèle en acier/ fonte induit un chauffage par convection, qui correspond bien à son utilisation : on a une sensation de chaleur par son rayonnement.

Je ne parlerai dans cet article que des modifications que j’ai apportées au poêle pour le rendre compatible aux format de branches que nous avons à disposition, pour le reste des plans je vous invite à aller sur le site de Barnabé

  • Contrairement au modèle proposé par Barnabé, j’ai fait de la soudure : je suis à l’aise avec la technique donc je ne me suis pas privé pour en profiter.
  • J’ai ajouté un cendrier interne : j’ai eu l’occasion de construire pas mal de rockets stoves en terre paille et l’ajout d’un cendrier au niveau de la combustion du bois permet de stocker cendres et braises. Ce détail n’est pas négligeable, il permet de réactiver le feu rapidement si on oublie de rajouter du bois ou si les branches ont cessé de descendre par elles-mêmes et qu’elles se sont éteintes. Dans ces situations, on remet du bois en contact des braises dans le cendrier, on souffle un petit coup et ça repart ! Le cendrier permet aussi d’accumuler cendres, bouts de bois qui tombent, braises et autres, sans que cela réduise le conduit et étouffe la combustion. Le cendrier est en forme de trapèze, de manière à ce que les bouts des branches atteignent la pente du cendrier pour être le plus prêt possible de la cheminée interne, les braises rougeoyantes tombent en arrière dans la partie la plus basse du cendrier. Ainsi les braises chauffent l’air et commencent la combustion depuis l’arrière des bouts de bois, c’est pas mal aussi.
  • Le conduit d’admission du combustible est penché, et découpé. Sur ce genre de rocket en « U » nous avons un gros problème d’inversion du sens de combustion. J’ai tenté plusieurs modèles avec le conduit droit, mais j’avais souvent un retour de flammes. J’ai tenté de réduire le phénomène en réduisant la taille du conduit mais ça ne marchait pas beaucoup mieux et les longs bouts de bois tombaient une fois à moitié consumés. J’ai résolu le problème en mettant le conduit d’admission du carburant en biais.

L’explication en images !

Les explications n’étant pas forcement très claire j’ai fais une petite vidéo pour tout revoir :

Pour le reste, le modèle correspond en tout points au modèle de Barnabé.

Petit inconvénient que je trouve à mon modèle est la puissance : je n’ai trouvé qu’une chute de tube carré en 8*8 alors que du 10*10 serait plus performant mais on n’en trouve pas à la découpe dans les magasin prêt de chez moi.

Coûts et matériels

Le tout m’a coûté 31€ :

  • 6€ pour le tube carré de 8*8 : une chute récupéré chez un ferronnier
  • 10€ pour la chemise d’étanchéité : découpé dans une tôle d’acier achetée neuve (pas trouvée en récup)
  • 2€ la bouteille de gaz : récupérée à la ressourcerie
  • 3€ pour la tige filetée
  • 10 € pour la plaque en fonte : récupérée à la ressourcerie
 

A bientôt pour un nouvel article !

Clément pour les Humus Pays d’OC

EN SAVOIR PLUS

Rejoignez nous sur facebook :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *