Comment redonner vie

A un sol mort ou très dégradé ?

Ce qui rassemble les Humus Pays d’Oc, c’est leur volonté de participer à la transition et d’intégrer un réseau local de motivés qui œuvrent en faveur de la transition vers des territoires plus durables, autonomes et résilients.

Alors que les sols fertiles se font de plus en plus rares, il nous faut construire avec ce qu’il nous reste, c’est-à-dire dans bien des cas des sols dont la dégradation est déjà bien avancée… Nous proposons dans cet article un retour d’expérience d’actions menées pour redonner vie un sol qui a longuement subit les effets de labours fréquents et profonds.

Les facteurs de la dégradation des sols peuvent être, le plus souvent :

  • l’emploi de pesticides,
  • le labour profond,
  • l’emploi d’engrais chimiques,
  • le fait de laisser le sol nu.

On se retrouve donc avec un sol sans structure, sans porosité, sans activité biologique apparente, à savoir :

  • pas de vers de terre,
  • pas de filaments de champignons,
  • pas de racines,
  • pas d’insectes visibles
 

Pour redynamiser ce sol, il va falloir agir un peu brutalement au départ pour donner un « électrochoc » de départ.

  1. On va donc travailler mécaniquement le sol pour la dernière fois : décompactage, sous-solage. Mais pas de labour pour ne pas retourner le sol encore une fois.
  2. On va apporter ensuite massivement de la matière organique que l’on va enfouir sur les premiers 5 à 10 cm. Pour vous donner une idée des quantités, pour l’entretien d’un sol maraicher il est admis d’apporter 3kg/m² de compost par an, donc dans notre cas on peut multiplier par 2 ou plus. Si vous laissez une grosse épaisseur de matière organique en surface sans l’incorporer elle ne pénètrera pas dans le sol, et si elle se tasse il y a risque d’acidose. On veillera donc à l’incorporer en surface en la mélangeant aux premiers centimètres de notre sol.
  3. Ensuite, il faudra installer un couvert végétal à l’automne : on sèmera des engrais verts type féverole, blé, certains radis fourragers qui ont de grosses racines… Au printemps on pourra semer de la phacélie, de la moutarde, de la vesce, du sarrasin… La liste des engrais verts est longue et dépend de la nature de notre sol et ce qu’on veut lui apporter ! Les engrais verts seront choisis en fonction de la nature du terrain et du climat.

Voici par exemple un tableau qui propose certains engrais verts pour des sols particuliers.

Type de terrainPropriété recherchéeEspèces possibles
Structure dégradéeSystème radiculaire puissantGraminées fourragères, certaines Légumineuses (lotier, minette, trèfle blanc)
Très séchantPlantes résistantes au stress hydriqueMoha, luzerne, dactyle
Très calcairePlantes  résistantesBrome, sainfoin, luzerne, minette, orge

Et un tableau qui détaille les particularités de certains engrais verts ainsi que leur date de semis.

Engrais vertsDates de semisParticularités
Phacéliemai à sept.Peut précéder toutes cultures
Moutardemars/avril + aout/octCroissance rapide, nématicide
Vesceavril/mai + aout a novEnrichit le sol en azote
Trèfle incarnataout à octEnrichit le sol en azote
Sarrasinavril à septTolère les sols pauvres et acides
Seigleaout/septTolère les sols pauvres et acides
Orgesept./oct. +janv./fev.Facilement disponible

Les engrais verts sont broyés avant leur fructification (montée en graines) et laissés sur place…les vers de terre adorent !

Si vous mettez en culture rapidement (manque de temps… nécessité de planter ), couvrez le sol avec de la tonte, de la paille…

En tout cas, ne laissez pas votre sol nu, les organismes du sol sont lucifuges, c’est-à-dire que le soleil direct est mortel pour eux. Maintenir de l’ombre c’est aussi maintenir une certaine hygrométrie, donc la vie !

Exemple de réhabilitation en cours sur sol argilo-calcaire assez dégradé ayant été labouré maintes fois.

 

Début mai (un peu tard à cause d’impératifs…) : préparation du sol et apport de matière organique.

Exemple de sol vivant, structuré, grumeleux, le fruit de plusieurs années d’attention dans mon jardin

Les tomates sont belles et les courgettes ont bien démarré ! Sur le reste du terrain : préparation de planches et semis d’engrais verts.

Il existe toute une bibliographie sur le sujet, je vous conseille les ouvrages de Claude et Lydia Bourguignon, de Gilles Domenech, de Blaise Leclerc…

Philippe pour les Humus Pays d’OC

EN SAVOIR PLUS

Rejoignez nous sur facebook :

2 commentaires sur “Comment redonner vie à un sol mort ou très dégradé ?”

  1. Très bon résumé. L’ajout de BOIS est également crucial pour redonner de la vie dans les sols, à l’image de ce qui se passe en forêt, champignons bactéries et microorganismes en tête. Frais avec la technique du « BRF », ou prêt à l’emploi avec la méthode Jean Pain qui consiste en une préfermentation du broyat.
    C’est sur ce dernier point que nous sommes spécialisés chez Buxor.fr, avec des solutions pour les particuliers et les professionnels.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *