L’ortie : un trésor de bienfaits

« LES » orties dirons-nous, sont un genre de la famille des Urticacées qui regroupe une trentaine d’espèces de plantes herbacées à feuilles velues. On en trouve 11 en Europe dont 5 en France.

Le nom d’ortie est issu du latin urtica lui-même dérivé d’uro, « brûler », en référence aux poils urticants.

Nous parlerons ici principalement de la Grande Ortie, vivace, et de l’Ortie Brûlante, annuelle.

Elles sont reconnues comme faisant partie des plantes médicinales les plus utiles et les plus efficaces (feuilles et racines).

Les feuilles sont couramment utilisées comme toniques, dépuratives, diurétiques, anti-inflammatoires (douleurs rhumatismales).

La grande ortie est également très utilisée à des fins alimentaires, industrielles (pour sa fibre) et agricoles en tant qu’engrais vert et insecticide sous forme d’extrait fermentés (purins).

Détail des poils urticants

Les poils urticants contiennent de l’histamine, de l’acétylcholine et de la sérotonine qui irritent la peau ainsi que des acides formiques (l’arme de défense des fourmis et des abeilles) mais qui jouent un rôle mineur dans l’irritation.

 

 

 

Biotope

Les orties sont nitrophiles et rudérales (qui poussent sur des décombres, dans des friches)
Elles préfèrent les terres humifères et légères. Elles sont souvent en compagnie des rumex, chénopodes et circes (chardons).
On les rencontre dans les haies, les chemins, les environs de villages…
Mais aussi dans les coupes de bois, dans les champs et les jardins bien fumés, sur les lieux où le bétail a longtemps séjourné, autour des fumiers, des composts.
Elle suit l’homme partout où il va, elle nous indique avec précision les lieux fréquentés par nos aïeux.

Utilisation comme fertilisant

L’ortie permet la fabrication de purin d’orties dont voici la recette !

Ce purin sert de fongicide (contre le mildiou), d’insecticide (contre les pucerons et acariens) et d’activateur ou de régulateur de croissance des végétaux.

Utilisation comme plante fourragère

Hachée crue, l’ortie peut être donnée aux volailles ; jeune elle peut être donnée au bétail qui l’apprécie.

Utilisation alimentaire

Les orties sont comestibles. Elles contiennent des protéines à raison de 8 à 20 % de leur poids frais, 40 % de leur poids sec (une portion de 300g d’orties cuites apporte ainsi la ration journalière de protéines), du fer à raison de 7,8mg pour 100g et du calcium à raison de 630mg par 100g.

Alors n’hésitez plus, et voici une recette de l’incontournable soupe aux orties :

Propriétés de l’ortie reconnues en médecine traditionnelles (dont certaines sont aujourd’hui scientifiquement démontrées)

L’ortie est un tonique général : elle redonne de la force, accroit la vitalité et l’énergie grâce à sa haute teneur en fer, vitamine C et en minéraux. Elle peut être prise sur une longue période. Elle est indiquée dans le cas d’épuisement dû à une maladie chronique, un stress, ou une convalescence, un accouchement ou l’allaitement, de troubles métaboliques (hypoglycémie ou diabète).

Elle possède de nombreuses propriétés :

  • C’est une plante adaptogène, c’est à dire qu’elle augmente la capacité du corps à s’adapter au stress physique et psychique, en rééquilibrant l’interactivité des systèmes nerveux, endocrinien et immunitaire. Elle diminue les hormones de « l’urgence » produites par les surrénales en régulant les sécrétions de cortisol. Elle peut être utilisée pour tout dérèglement endocrinien grâce à ses propriétés adaptogènes et toniques sur les surrénales, elle aide à régulariser le métabolisme global et à diminuer les effets nocifs du stress.
  • Elle accroît le flux sanguin vers les tissus, désintoxique, améliore et stimule le métabolisme. Elle apporte du fer, indispensable à la reconstitution des globules rouges et permet une bonne oxygénation des tissus. L’ortie est riche en chlorophylle et a une influence favorable sur la formation du sang dans notre organisme. Elle favorise les réactions du métabolisme cellulaire. Elle est aussi antianémique par sa richesse en fer et en chlorophylle. Elle est utilisée pour purifier le sang et traiter les infections des voies urinaires. Elle a un effet diurétique et élimine les bactéries.
  • Elle est reminéralisante et reconstituante car elle est riche en chlorophylle et en minéraux (dont le fer et la silice), en protéines et en vitamines (au printemps, les jeunes pousses sont spécialement riche en vitamine C). Elle aide à lutter contre la fatigue, régularise le sommeil, améliore l’attention intellectuelle (action tonique sur les surrénales).
  • Elle est antirhumatismale: La présence de silice favorise la reminéralisation et la souplesse des articulations, l’ortie est alcalinisante et diurétique. Elle agit contre la Goutte, elle élimine les toxines accumulées dans les articulations, et, par sa richesse en silice, améliore l’état des cartilages, comme les disques intervertébraux.
  • Elle est indiquée dans les affections du tube digestif et plus particulièrement dans les ulcères gastriques et intestinaux, les diarrhées. Elle contient de petite quantités de sécrétine, une hormone que produisent certaines cellules de notre intestin, qui stimulent la sécrétion du suc pancréatique ainsi que la motilité de l’estomac et de la vésicule biliaire. Ainsi l’ortie facilite aussi la digestion et améliore l’assimilation des aliments.
  • Elle revitalise le cuir chevelu. La présence de vitamines B2, B5, d’acide folique, de silice et de zinc permet de lutter contre les ongles cassants, la chute des cheveux et favorise leur repousse.
  • Elle est préconisée contre le syndrome prémenstruel car elle diminue la rétention d’eau et soulage les seins endoloris. Lorsque l’ortie est prise sur plusieurs semaines, les crampes menstruelles diminuent puis disparaissent.
  • Contre les troubles de la ménopause (bouffées de chaleur, irritabilité).
  • Conseillée pour accroitre la production de lait pendant l’allaitement (plante galactogène)
  • Elle est indiquée dans l’hypertrophie de la prostate : Il semblerait que les phytosterols qu’elle contient limitent l’hypertrophie de la prostate en inhibent la 5 alpha- réductase, une enzyme qui active des facteurs de croissance de la prolifération cellulaire.

Il existe encore de nombreux autres bienfaits non cités : c’est une plante riche et précieuse. Aussi, pour rester en bonne santé, pourquoi ne pas intégrer l’ortie dans notre alimentation quotidienne? Le choix est vaste : Salade crue, soupe d’ortie, purée, jus d’ortie, infusion, décoction….cure printanière..

Bonne santé !

Philippe et Dalila pour Humus Pays d’Oc, les réseau de permaculture de Montpellier et ses alentours

Une pensée sur “L’ortie : un trésor de bienfaits

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *